Mon parcours scolaire

 Malgrè cette maladie, mes parents et moi-même avons tenu à ce que je fasse une scolarité dite "normale" comme tous les autres. Pour moi, cela été très important, je ne voulais pas me sentir différente plus que les autres malgrè que je le sois quand même.


RENTREE A L'ECOLE PRIMAIRE

Je fais ma rentrée en petite section de maternelle, beaucoup plus tard que les autres enfants, faute d'avoir marcher à un âge convenable. Je ne savais pas à cet âge là, qu'un long chemin juché d'embûches allait se dessiner et jusqu'à la fin de ma vie. Je fais ma rentrée à l'école de ma vilel, avec (je m'en souviens) mon corset et mes béquilles. Il a fallu faire des aménagements nottament au niveau de la table car je ne pouvais pas m'asseoir, je devais le garder le plus longtemps possible pour réparer la scoliose, donc il a fallu incliner la table.

La grande période des fameux regards venait de débuter et Oh mon Dieu, je ne pensais pas que ça allais être aussi diffiçile.

Je ne faisais au départ que des demis journées, les journées étant trop longues pour moi. Je devais me reposer à la maison. Donc je n'y allais que le matin. Et malgrè que j'y allais à partir de 10 heures du matin, j'arrivais toujours en retard, car il fallait mettre le corset et cette manipulation été longue à faire. Je poursuis donc ma scolarité sans trop de difficultés au niveau "scolaire", j'apprends à lire; écrire; compter sans trop de problèmes. Je découvre que je suis plutôt à l'aise avec l'orthographe. Au moins, ca peut toujours servir... :-)


RENTREE AU COLLEGE ET LYCEE

Je passe en 6ème donc après mon opération des jambes, avec des béquilles et là, je pense que j'ai vécu l'un des pires moments de ma vie. J'allais bientôt me rendre compte que les hommes sont méchants entre eux et surtout cons. Je n'aurais jamais cru en une telle animosité.  Une société qui à toujours refusé la diffèrence, toujours refuser de la voir en fâce. Là les regards se font de plus en plus présents, insupportables... Je me sens comme une bête de foire qu'on expose. Les langues se délient, les mots choquent, l'hypocrisie est reine dans cette arêne. C'est le temps des petits mots dans les agendas... Je me souviens d'avoir surpris un mot dans un agenda d'une fille de ma classe, en parlant de moi, je n'ai eu le droit qu'à une insulte, une insulte de trop : "SANS GUIBOLLES", wahouuu quelle claque, quel choc. Comme la confiance ne faisait pas partie de moi, je n'ai rien dit et j'ai encaissé, je le regrette amérement aujourd'hui... Heureusement, quelques personnes m'ont quand même aidé; à porter par exemple mon cartable et je les en remercies...

J'ai suivi au lycée des études en sciences médico sociales, peut-être influencée par ma maladie; allez savoir... J'ai obtenu mon BAC et suis partie dans un autre établissement pour effectuer un BTS en économie sociale et familiale. Je suis arrivée dans une classe de 6 filles !!!, là je peux vous dire que ça soit passe, soit ca casse, et je vous le donne dans le mille : ca à passé du tout. Deux années d'études à souffrir, le vilain petit canard été toujours moi. Toujours toute seule dans son coin, à croire que je souffrais d'une maladie contagieuse, et les insultes fusaient, je n'étais pas non plus aimé des profs, bref c'était la totale. Je faisais crise d'angoisse sur crise d'angoisse, j'allais en cours en ayant vomi le matin, je ne mangeais plus, je ne dormais plus. Et la cerise sur le gâteau, je n'est pas eu mon bts, je décide donc de le repasser mais dans un autre établissement, sur Reims. Cela se passe un peux mieux, mais toujours la peur au ventre du fait de ma mauvaise expérience précédente. J'ai peur de ne pas réussir, les questions se bousculent dans ma tête, puis la période de l'adolescence s'en mêle avec les questions sur l'amour, sale moment, je manque des cours et décide d'arrêter cette formation, heureusement mes parents sont derrière moi et me pousse à aller jusqu'au bout. Malgrè leur soutien, je ne réussis toujours pas à avoir ce BTS.


RENTREE A LA FAC

Je fais une demande pour rentrer en FAC pour faire une licence en sciences sanitaires et sociales, je suis acceptée en 2ème année. Je repasse pour la 3ème fois mon bts, en même temps que mes études à la fac, par le biais du CNED (je peux vous dire que cette année là, je n'ai pas chômé). Et là, à force de courage et de persévérance, j'obtiens enfin mon bts; je n'y croyais plus. Je continue mes études à la fac, jusqu'en 3éme année, mais je ne l'obtiens pas, je décide de ne pas la retenter, lassée de mon expérience du bts.

J'ai passé les plus années de ma vie à la fac, que de bons souvenirs, la liberté, la responsabilté, le bonheur en somme... Les gens étaient vraiments différents, merci à eux.